Vaincre la paresse

Vaincre la paresse

La paresse…

Figurez-vous que je me mets régulièrement des défis afin de continuer à grandir, évoluer.

Je partage avec vous une expérience intéressante au sujet de la paresse.
Voici le contexte : c’est le matin de mon 19ème jour de mon défi de 21 jour concernant le miracle morning (le fait de se lever plus tôt pour prendre un temps pour soi et pour ce qui est important pour soi).
Le réveil sonne à 5h45 et je n’avais aucune envie, mais AUCUNE envie de me lever.
Je serais bien restée au lit…

Bien sûr, il est normal d’avoir des moments où l’inspiration et la motivation ne sont pas présentes. Bien sûr, nous sommes humains et pas des machines… ceci dit, je me pose la question de ma réaction fasse à cela.

Ce qui est intéressant dans cette expérience c’est qu’une des premières choses que j’ai faite face à cette paresse c’est d’allumer mon smartphone dans mon lit… J’imagine que je suis loin d’être la seule à le faire… sauf que, sauf que, je m’étais également engagée à laisser mon smartphone éteint jusqu’à la fin de mon live FB histoire de prolonger le temps off et de diminuer le temps passé sur mon écran !
Bref, tant qu’à faire de me mettre dans la mouise, autant y aller franco !!

Un cercle vicieux

Pourquoi est-ce que je vous partage cela ?
Tout simplement pour souligner que parfois mes actions sont sur le moment totalement contre productives et ne font qu’entretenir un cercle vicieux…
Ainsi, j’avoue, j’ai réussi à me mettre franchement en retard pour mon rdv de 6h30 sur le groupe fermé FB !

Le deuxième aspect intéressant est le fait que ce qui m’a vraiment permis de sortir de mon lit et bien c’était justement mon engagement à donner le live à 6h30… Le cas contraire, je serais sans doute encore sous la couette !
Je vois ainsi le pouvoir de l’engagement et la puissance du groupe.

Par ailleurs, je me pose la question de l’attitude à adopter face à la paresse…
Faut-il se faire violence et être intransigeant(e) ?

Discipline

Je connais de grands sportifs qui ont eu de nombreuses médailles ou victoires et qui ont ancré de façon rigoureuse une discipline de fer… L’entraînement est quotidien, qu’il pleuve, neige, vente, qu’ils aient des soucis d’ordre familial, personnel, etc.
Bref, il n’y a pas de place à la paresse…

Faut-il se laisser un espace de décompression, une soupape de sécurité et vivre la paresse comme faisant partie de la vie ?
La paresse est-elle comme le dit l’expression populaire “la porte ouverte à toutes les fenêtres” ?
Une façon détournée de procrastiner, de s’éloigner de nos buts, de s’auto saboter ?

Je crois personnellement qu’un juste milieu peut être trouvé.
Je suis persuadée qu’il est possible d’accueillir ces moments de flottements sans se laisser happer par la paresse.

Tout en veillant à ce que celle-ci ne s’installe pas sur la durée.

Qu’en pensez-vous ?
Quelle attitude avez-vous face à la paresse ?

Laisser un commentaire

*

Fermer le menu
Share This
Open chat
1
Comment puis-je vous renseigner ?
Cliquez sur la flèche pour démarrer la discussion.
Paola Perez
Powered by